Nos essais publié par

Prise en main de l’Opel Cascada

En ce moment, la marque Allemande fait beaucoup parler d’elle. Pas moins de 3 lancements depuis le début de cette année 2013 : la petite Adam, le SUV Mokka et le cabriolet Cascada.

À l’approche de l’été (et d’une sérieuse envie de soleil), je vais m’attarder un peu sur la Cascada puisque je me suis rendue dans l’arrière pays niçois afin de l’essayer, dans sa version 1,6 turbo de 170 ch.

Design

A peine descendue de l’avion, une horde de Cascada nous attendent à la sortie. Je récupère ma clef et rejoins avec empressement celle qui m’est destinée. En terme de design, c’est une réussite ! Ce cabriolet 4 places est une voiture imposante (4m70), mais surtout élégante : ses lignes sont fluides, équilibrées et son profil est élancé. Sage mais pas trop (ses jantes de 18 pouces y sont pour beaucoup), elle a un look affirmé, racé, avec une véritable personnalité. Tout est dans le détail. Et personnellement je suis fan des nervures qui s’imbriquent dans les feux arrière ! Ce cabriolet a la particularité d’être gracieux autant décapoté que capoté. Et c’est plutôt rare sur ce segment.

A l’intérieur, la position de conduite est vraiment confortable, on s’y sent bien. On retrouve à peu de choses près l’intérieur de l’Astra. Ses finitions sont qualitatives et Opel a mis l’accent sur le nombre important d’équipements : bras électriques de présentation de ceinture (très pratique pour ne pas se tordre le dos en allant chercher sa ceinture!), sièges électriques ventilés et chauffants, régulateur de vitesse, alterne collision, …

Je fut également agréablement surprise par la profondeur du coffre : dotée du système « FlexFold », son volume passe de 380 à 750L. Pratique.

Conduite

Start & Stop désactivé (oui, je n’aime pas trop ça), me voilà partie pour arpenter les petites routes niçoises à la recherche de jolis villages atypiques.

Le modèle essayé est donc un 1,6 turbo de 170 ch, avec un couple important de 260 Nm et 280 Nm avec l’overboost (à 1650 tr/mn).

La capote rigide se replie en 17 secondes et ce, jusqu’à 50 km/h… je peux vous dire qu’avec le temps qu’il faisait, je l’ai décapotée plus d’une fois, ce qui était plutôt agréable !

Petit bémol tout de même pour le pare brise relativement court qui a parfois gêné ma conduite. Et puisque l’on est dans les points négatifs, j’ai un peu été déçue aussi par l’angle de braquage un peu trop court … mais les nombreuses routes en épingle ne lui ont pas facilité la tâche.

Question performance, je préfère vous en dire plus lors d’une prise en main plus poussée. Pour le moment, je suis restée sur ma faim. Il faut aller chercher la puissance dans les tours même si l’on ressent les effets du turbo lorsqu’on la sollicite d’avantage.

C’est avant tout une routière, et une bonne routière et l’insonorisation est vraiment bonne. Pour ce genre de véhicule premium / haut de gamme, je pense que c’est amplement suffisant pour l’apprécier.

Motorisations disponibles : 

– Essence 1,4 litre Turbo, 140 ch, boîte manuelle six vitesses.

– 1.6 SIDI Turbo (nouvelle génération), moteur essence à injection directe de 170 ch, boîte manuelle ou auto à six vitesses.

– 2,0 litres Turbo diesel, 165 ch, boîte manuelle ou auto à six vitesses.

– 2.0 BiTurbo CDTI, 195 ch, boîte manuelle six vitesses (pour cet été).

Tarifs :

A partir de 29.990 euros (en version Cosmo) pour le modèle 1.4 Turbo essence de 140 ch, boîte manuelle six vitesses, avec dotation en série généreuse, elle sera disponible en concession dès le mois de mai 2013.

Un grand merci à Opel pour cette invitation et pour l’organisation de ces essais !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Rechercher

Rejoignez-nous sur

Publicité