Nos essais publié par

Essai – Volkswagen Polo R WRC

SAMSUNG CSC

2013 restera une année à tout jamais gravée dans l’histoire de Volkswagen puisque le constructeur Allemand vient tout juste de s’emparer du titre de champion du monde de rallye et ce, dès sa première année d’engagement dans la course ! C’est un exploit hors du commun puisque depuis des années (9 exactement) cette discipline était monopolisée par Sébastien Loeb engagé avec Citroen. La fin de carrière de Loeb coïncide parfaitement avec l’arrivée de VW dans le championnat du monde. Cela aurait-il profité à un autre Sébastien, le nouveau champion du monde, Ogier ? Aurait-il gagné si Loeb avait décidé de participer à tous les rallyes du championnat ? Peu importe, le titre de Sébastien Ogier et Julien Ingrassia c’est chose faite, Volkswagen est en tête et la saison est clause.

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

J’ai eu la chance d’accompagner les équipes de VW Motorsport plus d’une fois cette saison, alors cette victoire, je l’ai souvent vécue sur place, dans le froid, dans la neige du Col du Turini ou sous la pluie battante de Strasbourg… Cette victoire n’a pas été volée, elle est plus que méritée, le duo Ogier-Ingrassia a abattu un boulot monstre cette année, avec une voiture qui marche certes fort, mais qui venait à peine de démarrer sa carrière de sportive…

SAMSUNG CSC

Revenons à nos moutons. Le mouton en question porte exactement le même nom que la sacrée championne du mode de rallye 2013, il s’agit de la Volkswagen Polo R WRC. Le même nom oui, mais pas la même configuration. Le moteur 1.6L de 315 chevaux de la version de course a cédé sa place au 2.0L TFSI de 220 chevaux fraichement emprunté à la Golf VII GTi. On a également retiré les arceaux de sécurité, les baquets, et tous les éléments inutiles au quotidien pour faire de cette Polo R WRC une véritable citadine polyvalente. En fait, la Polo R WRC est une Polo R un peu plus puissante avec une déco aux couleurs de VW Motorsport ! Produite en seulement 2500 exemplaires au monde, il n’y aura que 50 qui parcourront les routes françaises.

J’ai eu la chance de passer quelques jours au volant de cette petite bombinette attachante, retour sur mes 700 km à ses côtés.

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

Avant de nous installer au volant, faisons un rapide tour de propriété. La première chose qui saute aux yeux est évidemment la déco aux couleurs de Volkswagen Motorsport qui habille la Polo R : les bandes bleues et grises sur le capot et le bas des portières, les étriers bleus, quelques inserts « WRC » pour rappeler l’origine de l’édition limitée du modèle… Pas de d’autres changements flagrants par rapport à une version « classique » de la Polo R, la différence se trouve sous le capot ! Les jantes typées « rallye » jouent un rôle important dans le look WRC de la voiture, qui soulignent parfaitement l’appartenance de la Polo au monde de la compétition.

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

Donc, sous le capot on retrouve le 2.0 TFSI habituel des VW sportives, le même qui équipe la Golf VII GTi ou encore le Scirocco R. Légèrement bridé, le moteur développe 220 ch et permet à la petite bombinette allemande d’abattre le 0 à 100 km/h en seulement 6.4 sec. Son poids (1324 kg) et son gabarit (3.97 m x 1.68 m x 1.46 m) font de la Polo R WRC une véritable GTi digne de ce nom, dont le cahier des charges de la philosophie a été introduit par Volkswagen dans les années 70 avec la première Golf GTi. Une petite nerveuse qui donne immédiatement envie de jouer avec, une compacte efficace qui sait cependant se faire toute sage sur demande.

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

Première, gaz à fond, ça patine un peu; deuxième, toujours à fond, la voiture veut aller à droite, à gauche, mais pas tout droit, obligé de corriger la trajectoire durant l’accélération. Les 220 ch ne passent pas tous au sol, du moins il faudrait sûrement refaire un test sur un circuit plus sec que durant mon test. Bien que le comportement en ligne droite (attention je ne parle uniquement de la conduite sportive) soit un peu aléatoire, dans le virages la Polo est un véritable régal. Le train avant, peu précis jusque là, se révèle très efficace lorsqu’il s’agit d’enchainer les courbes serrées des routes (fermées bien évidemment) Seine-et-Marnaises. La voiture se place très facilement et même si l’arrière a tendance a décrocher assez facilement, le comportement global de la Polo R WRC peut se résumer par un mot : FUN !

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

A l’intérieur, tout comme à l’éxterieur, l’esprit glorieux de WRC n’est présent qu’à travers quelques inserts des trois lettres mythiques sur certains éléments de l’habitacle, comme le volant, le pommeau de vitesse ou encore les sièges. Pour le reste, vous êtes dans une Polo (R), il y a le stricte minimum parfaitement bien fonctionnel (GPS, clim, etc). Les sièges mi-baquets offrent un compromis idéal entre maintien en conduite sportive et le confort de l’utilisation quotidienne. Quant au volant, je le place sans réfléchir dans le top 3 des meilleurs volants de tous les temps ! Parfait du fait de sa taille, il est entièrement recouvert d’Alcantara ce qui évite tout dérapage de mains (ce qui m’arrive assez souvent avec les volants en cuir).

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

Bien qu’elle soit pas mal de crans en dessous de sa grande sœur championne du monde de rallye, la Polo R WRC mérite amplement sa place dans le monde des « Petites mais costaudes« . A mon goût l’esprit WRC n’est pas suffisamment exploité, j’aurais bien voulu avoir une carrosserie plus agressive et plus exclusive. De même pour l’intérieur, de bons baquets Recaro pour nous plonger encore plus dans l’univers de la course n’aurait pas été de refus, tout comme une signature d’Ogier sur le tableau de bord aurait, je pense, rajouté de l’âme à cette édition spéciale. 

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

Ah oui, la Polo R WRC n’est pas une quatre roues motrices ! Certaines informations circulent disant le contraire, mais c’est totalement faux ! J’étais le premier à m’être fait avoir en début de mon essai, j’étais persuadé de rouler en 4RM, mais non. La Polo R WRC est une traction ! Avoir les quatre roues motrices, ça aussi, ça aurait été appréciable pour une « vraie » version WRC…

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Rechercher

Rejoignez-nous sur

Publicité