Nos essais publié par

Essai – Nouvelle Mercedes-Benz Classe A 250

C’est dans un pays de l’est magnifique, entre la montagne et la mer, en Slovénie, que Mercedes nous a donné rendez-vous pour l’essai de la nouvelle gamme de la Classe A. Il y a encore peu de temps, la Classe A était une citadine lambda, sans aucune prétention, qui répondait au besoin d’une petite voiture, mais pas du tout d’une voiture sexy, qu’on l’on rêve d’avoir (ou que l’on est fière de posséder), encore moins d’une voiture performante. Personnellement je l’avais classée dans la catégorie des petits monospaces sans âme… Mais ça, c’était avant.

Le nom  Mark Fetherston ne vous dit probablement rien, mais cette personne, que j’ai rencontrée à Ljubljana, a révolutionné la vision de la voiture compacte en mettant fin à l’ennui qui régnait sur le segment. Agé de 35 ans, ce jeune designer a déjà à son actif une des plus grosses réussites de Mercedes de ces dernières années : l’exceptionnelle SLS AMG dont il est à l’origine du design. Voyant le succès de la super-car, la direction de Mercedes confie immédiatement le projet de la Classe A à ce jeune génie en lui donnant une liberté totale dans le développement du nouveau concept. « Honnêtement – au début,  je ne pensais pas que nous oserions  construire une telle voiture chez Mercedes. Mais le directore nous a laissé carte blanche pour la conception de la Classe A. Il nous a même encouragés à  nous montrer encore plus progressistes. »

Informations générales.

Quatre moteurs diesel sont prévus pour la nouvelle Classe A, tous avec 4 cylindres montés en ligne. On y trouve 2 versions du traditionnel 180 CDI avec 2 cylindrées différentes: 1,5L et 1,8L, tous deux faisant exactement la même puissance de 109cv, avec un léger avantage pour la consommation et l’émission de CO2  du moteur 1,5L qui est en dessous des 4L/100km (3,8L exactement) et 98g/km contre le 4,1L/100km de conso et 108g/km d’émission pour la version 1,8L. Le 200CDI de 1,8L également, ne dépassera pas les 4,3L/100km en consommation pour une puissance de 136cv. Quant à la plus grosse version diesel, le 220CDI de 170cv, pour le moment aucune information sur la consommation n’a été communiquée, mais on sait qu’il lui faut exactement 7,8 sec pour effectuer le 0 à 100km/h!

Côté essence on retrouve également du 4 cylindres en ligne sur tous les moteurs. Le 1,6L est décliné en 2 versions: 180 de 122cv et 200 de 156cv, avec exactement la même consommation et le même taux d’émission de CO2 pour les 2, soit 5,5L/100km et 127g/km.

Passons maintenant aux choses (encore plus) sérieuses. Le 2L turbocompresseur à injection directe qui se cache derrière l’appellation 250 place la nouvelle Classe A, du fait de sa puissance, dans la catégorie des sportives dignes de ce nom, et dans sa catégorie elle va faire en effrayer plus d’une. Les 211cv développés permettent une projection de la bête de 0 à 100 en seulement 6,6sec, le tout avec une consommation ridicule de 6,1L annoncés par Mercedes en cycle mixte. C’est d’ailleurs au volant d’une version 250 que nous avons passé notre week-end Slovène.

Moteur :

Zoom sur le moteur 4 cylindres de 1 991 cm3 que nous j’ai eu entre les mains durant tout un week-end. La technologie d’injection piézoélectrique empruntée aux V6 et V8 de la Classe S  permettent à la Classe A de sortir enfin du lot en offrant une vraie sensation de pilotage de voiture sportive, bien que j’ai trouvé le déclenchement du turbo un peu tardif. Néanmoins ça accélère fort, le double embrayage de la boite 7G-DCT (7 rapports oui) ne fait quasiment pas ressentir les passage de vitesses et les 350Nm de couple permettent de rester à l’aise même en 7ème, la réactivité ne manque pas.

En revanche ce qui est légèrement décevant, c’est le mode semi-automatique, c’est à dire avec les palettes au volant, qui ne permet pas vraiment une conduite full sportive puisque la vitesse supérieure est passée automatiquement avant le rupteur quoiqu’il arrive!

Intérieur/Equipement.

A l’intérieur Mercedes a mis la barre très haut: les sièges sport pour tout le monde, les matériaux très agréables au toucher, un tableau de bord simple et efficace (un peu dans l’esprit Apple) et surtout un ordinateur de bord qui mérite une attention particulière.

Connectez votre iPhone à la Classe A et transformez-la en un véritable bijou hi-tech grâce au Drive Kit Plus (une application à télécharger). Outre la synchronisation « banale » de la musique du téléphone, vous avez la possibilité de surfer sur le web (via la 3G du téléphone) directement sur l’écran de 17,8cm de la voiture, d’aller sur Facebook ou Twitter, d’écouter une radio « intelligente » en streaming ou encore voir une Google Street Preview de l’adresse que vous avez entrée dans le GPS. La voiture peut twitter à votre place (la chanson que vous êtes entrain d’écouter par exemple), elle peut envoyer des mails (par exemple avec vos coordonnées exactes, l’itinéraire parcouru, la vitesse moyenne, etc), elle peut vous lire/écrire un SMS, ou encore faire un check-in Facebook tous les X temps (quand vous partez en vacances par exemple)…

Châssis/transmission :

En utilisation quotidienne le chassis de la Classe A est à la hauteur de toutes les espérances. Les suspensions sont raides, mais on est loin du mode très sportif qui détruit le dos, au contraire.  Dans le virages serrés (route de montagne par exemple), il est hors de question de déraper, même sur sol mouillée la voiture est accrochée au sol, l’ESP (combiné avec toutes les autres aides à la conduite) fait parfaitement son travail. En revanche cette sur-assistance est problématique sur circuit car elle empêche d’aller chercher les limites de la voiture. Le freinage d’urgence assisté ralentit la voiture dans le but d’éviter une collision dès qu’une voiture (sur circuit un adversaire) est trop proche devant.

Bilan:

La nouvelle Classe A 250 BlueEFFICIENCY pour moi est une voiture qui sort complètement du lot en matière d’avancées technologiques, de design et plus simplement de fun ! C’est une voiture à la fois sportive et luxueuse, une voiture surprenante, une voiture joueuse. Cependant le caractère sportif n’est pas comparable à celui d’une voiture destinée au circuit (comme la gamme RS de Renault Sport par exemple), on est beaucoup plus proche du côté sportif-fun que du côté sportif tout court. C’est aussi la première génération des Classes A qui est enfin dans l’esprit Mercedes à 100%, c’est une voiture que l’on a envie de posséder!

Les seules choses que j’aurais à lui reprocher, c’est son sur-équipement qui peut être compliqué à prendre en main (voire même une quantité d’options jamais utilisées car totalement inutiles dans une voiture) et une banalisation d’AMG que je reproche depuis des années à Mercedes qui est encore plus flagrante avec la Classe A, car n’importe quelle motorisation, n’importe quelle finition du véhicule peux se l’offrir.

Un énorme merci merci à L’Ecurie, Viacomit et bien entendu à Mercedes-Benz qui m’ont fait vivre cet inoubliable week-end totalement déjanté et plein d’adrénaline!

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Rechercher

Rejoignez-nous sur

Publicité