Nos essais publié par

Essai – Mazda MX-5 1.8 2014 – part 2

SAMSUNG CSC

Cela fait maintenant quelques temps que j’essaie des voitures, il parait même que j’ai consommé plus de 2 tonnes d’essence ces derniers temps… La vache !

Petite ou moyenne sportive, 4 cylindres turbo ou V8 atmo, j’ai eu la chance de pouvoir poser mes fesses dans quelques bolides de rêves. Jusqu’à présent, contre toute attente et malgré mon amour inexplicable pour l’auto américaine, c’est Nissan qui monopolisait le haut de classement de mes coups de cœur auto avec le Z Nismo et le 300 ZX. Je me suis alors découvert une véritable passion pour des propulsions qui envoient qui tabassent hyper puissantes et hyper joueuses.

344 ch, 280 ch, 570 tiens (la 458 Spider); plus c’est stupide puissant, plus j’aime ! Je ne suis pas trop difficile me direz-vous… Bref. Il ne me serait jamais venu à l’esprit de changer de vision des choses avant l’essai de cette Mazda MX-5. Quoi, une voiture de moins de 200, que dis-je, moins de 150 ch ? M’ouais, sur papier c’est absolument pas ma came, ça manque de poneys tout ça ! Mais la petite Miata m’avait laissé un excellent souvenir lors d’un tournage GDB, son comportement et son équilibre m’avaient bluffé. Mes 30 km au volant de la Racing By (160 ch) avaient laissé un excellent souvenir. Mais là, 126 ch seulement ? Curieux mais surtout charmé par la petite japonaise je me laisse tenter, sait-on jamais. J’ai donc fait plus de 1000 km au volant de cette MX-5 de 126 ch, allons voir ce que ça donne !

Cette année la MX-5 fête son quart de siècle de carrière, me voici donc au volant de cette voiture légendaire de troisième génération. La première impression reste commune à toutes les MX-5 : la position de conduite est absolument géniale ! Assis hyper bas, « le cul par terre », chaque ressenti de mouvement est amplifié. À 90 km/h on a l’impression d’aller à 130 et à 130 on s’approche de la vmax d’une Veyron… Au moins. Pas besoin d’aller vite ( = se mettre en danger) pour s’amuser !

Je pense que la raison pour laquelle on tombe définitivement amoureux de la MX-5 ressemble à ça. Il est franchement rare de trouver une auto aussi bien équilibrée (50% / 50% la répartition des masses soit dit en passant), avec une boite et une direction aussi précise ! Chaque succession de virages est une invitation à prendre une nouvelle dose de fun, c’est inhumain de résister.

Premier rayon de soleil, on abaisse manuellement la capote souple de la voiture. Selon l’état de fatigue et de souplesse de votre bras, cette opération peut durer entre 5 et 20 sec (20 pour les moins doués !) et chaque ouverture/fermeture est un véritable moment de plaisir, une espèce de rituel spirituel qui nous unit davantage avec la voiture (oui oui !).

Depuis 2 ans au Garage des Blogs la MX-5 est devenue une véritable religion, l’expression « l’essayer c’est l’adopter » a pris tout son sens car sur les 9 personnes du collectif 9 sont atteint du syndrome Miata. Accessible, légère, économique et surtout hyper fun, cette voiture prend officiellement la première place de mon classement personnel.

Je vous invite à regarder la vidéo GDB consacrée à la petite Mazda où Antoine nous raconte son histoire. Ou sinon vous pouvez (re)découvrir l’avis de Saad par ici.

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Rechercher

Rejoignez-nous sur

Publicité