Nos essais publié par

Essai – Jeep Grand Cherokee SRT

La démesure des voitures américaines m’a toujours beaucoup fasciné, je vous en ai énormément parlé ici et . Ford Mustang, Chevrolet Camaro, Pontiac GTO, Dodge Charger (un jour j’en achèterai une !), chaque constructeur Américain a(vait) sa propre vision de ce qu’est une Muscle Car. Une carrosserie sur-dimensionnée, un énorme V8 (voire plus) d’une cylindrée souvent follement inhabituelle (6-7, parfois 8.0L !), ces voitures avaient plutôt pour vocation d’aller très vite en ligne droite en laissant une partie de chevaux dans la fumée des pneus. Les années 60-70 ont vu naitre les Muscle Cars les plus mythiques de l’histoire qui, une cinquantaine d’années plus tard, n’ont pas pris un seul ride et continuent à nous vendre du rêve.

Bien heureusement, après les années 70 les Muscle Cars ont continué d’exister, jusqu’à nos jours nous pouvons croiser certaines visions modernes de ce mouvement, même dans nos rues européennes : Mustang, Challenger, Camaro en sont les exemples le plus parlants.

Mais un tout autre genre de ces voitures américaines musclées existe, il est encore plus fou puisqu’il s’agit des SUV sur-gonflés. Vous rappelez-vous de Dodge RAM SRT10 ? Ce « petit » pick-up avec le V10 de la Viper sous la capot ? Ou encore le F150 Raptor, le camion de compét’ de chez Ford ? Bref, quelques uns de ces spécimens courent par chez nous et cette petite famille des Muscle SUV vient de s’agrandir, ou plutôt se renouveler, puisque que Jeep a sorti la toute nouvelle version du fameux Grand Cherokee SRT8 : le Grand Cherokee SRT, sans le 8, en hommage au retour de SRT Motorsport aux 24h du Mans avec la Viper.

Essai_Jeep_Grand_Cherokee_SRT_2014-2

Lorsque j’ai reçu la confirmation pour le prêt du diabolique Grand Cherokee SRT je me suis évanoui. Quoi ? Moi au volant du nouveau Jeep Grand Cherokee SRT ? Un 6.4L V8 de 468 ch ? Oh mon dieu ! Direction la région champenoise avec le Garage des Blogs pour faire le test complet.

Avant de prendre la route, faisons le tour de propriété. Le nouveau Grand Cherokee SRT impose sa présence sans même démarrer le moteur. Pas besoin d’être un grand expert automobile pour comprendre qu’il s’agit d’un véritable monstre ! La nouvelle calandre chromée sur fond noir et les nouveaux optiques lui donnent une gueule plus méchante que jamais, les jantes chromées en 20″ couplées à une garde au sol rabaissée ajoutent une touche d’agressivité. Les lignes sont tranchantes, peu subtiles, les designers sont allés à l’essentiel pour offrir au Grand Cherokee ce look offensif qui ne laisse pas indifférent.

SAMSUNG CSC

En ville le Grand Cherokee SRT s’avère être particulièrement inadapté. Outre la taille du SUV (longueur : 4 859 mm, largeur : 1 958 mm, hauteur : 1 756 mm, poids : 2 336 kg) assez handicapante pour nos communes françaises, la boite automatique à 8 rapports n’est pas vraiment  prévue pour une circulation non sportive. Chaque démarrage, même le plus doux, arrache le bitume et donne un gros à-coup. La pédale d’accélérateur étant ultra sensible avec la la 1ère vitesse vraiment très courte, toute manœuvre précise avec le Grand Cherokee devient une épreuve pas très agréable.

SAMSUNG CSC

Passons, nous avons un 6.4L V8 HEMI sous le capot, qu’est-ce qu’on fait encore en ville ? Il est temps de rejoindre notre terrain de jeu, l’aérodrome, pour poursuivre le test. Direction l’A5.

Essai_Jeep_Grand_Cherokee_SRT_2014-3-2

 

Le Grand Cherokee SRT n’est peut être pas le véhicule le plus plaisant à conduire en ville mais qu’est-ce qu’il est agréable sur autoroute ! Vraiment, un régal. Parfaitement bien installés dans les sièges mi-baquets avec Nicolas, nous profitons pour faire joujou avec l’ordinateur de bord. Quasiment tout se commande depuis un écran central tactile : le GPS, la connexion multimédia, etc. Très ergonomique et facile à utiliser, ce nouveau système multimédia embarqué UConnect est, je pense, l’un des plus réussis que j’ai vu jusqu’à maintenant : la navigation se fait comme sur un smartphone, les fonctions sont intuitives, les temps de réponse sont exemplaires… Un réel atout technologique. Comme sur la plupart des systèmes multimédias modernes, Jeep dispose d’un store permettant de télécharger des applications additionnelles pour votre voiture. Incluse de base, l’application SRT (Street & Racing Technology) vous plonge dans l’ambiance Gran Turismo au volant de votre Jeep, elle est capable de vous sortir tout un tas d’informations techniques très intéressantes sur votre conduite : forces G, inclinaison de la voiture, accélération, freinage, elle peut même mesurer le 0 à 100, le 400 m départ arrêté et bien plus. Si vous aimez jouer avec des gadgets automobiles, vous serez bien servis avec le nouveau Grand Cherokee SRT !

2014 Jeep Grand Cherokee SRT

Il est temps de mettre le casque de pilote durant quelques heures, nous sommes arrivés à l’aérodrome de Brienne-le-Château où une piste abandonnée nous est réservée : un grand ovale (mini-Daytona) et des pistes d’atterrissage interminables. Le mode Track est activé, c’est parti ! Pour ma plus grande surprise le poids de la bête se fait vite oublier sur circuit, seule la position de conduite haute nous rappelle qu’on roule… en Jeep. Premier tour du circuit, 2ème, 3ème.. 20ème, avec Nico on est surpris car le comportement du SRT n’est pas celui auquel on s’attendait. Le train avant est très précis, l’arrière suit sagement sans trop se poser de questions, placer les 2.4 tonnes en courbes, même les plus serrées, s’avère être plus facile que nous ne pensions. Quant au freinage, les énormes Brembo font parfaitement bien leur travail : ça freine très fort ! Malgré le gabarit handicapant du Grand Cherokee il ne prend que très peu de roulis dans les courbes. J’ai encore l’image du F150 Raptor essayé par TopGear US qui se penche comme une vieille Cadillac dans les virages, le Grand Cherokee bénéficie d’un vrai châssis sport lui offrant une stabilité bluffante.

En revanche, une chose que l’on regrette un peu en conduite sportive est la direction. Que l’on soit en ville, sur autoroute ou sur circuit, on a exactement la même remontée d’informations dans le volant, autant vous dire qu’on a du mal à sentir la caisse ! Autant en utilisation quotidienne cette souplesse du volant est ravissante, autant sur circuit cela aurait mérité d’être moins aseptisé et plus intime avec la piste.

gdb_s02e05_s02e06_jeep_grand_cherokee_srt_3

gdb_s02e05_s02e06_jeep_grand_cherokee_srt_2

gdb_s02e05_s02e06_jeep_grand_cherokee_srt_1

Pour résumer ce Grand Cherokee SRT, une question légitime se pose : à qui pourrait-il s’adresser, quel genre de sensation cherche-t-on pour acheter un véhicule de ce genre à plus de 80 000 € ? Débrouillard sur circuit mais pas suffisamment à l’aise pour chercher des vrai chronos, le Grand Cherokee n’est pas non plus à son aise en ville, ni en franchissement d’ailleurs (pourtant les version non SRT ont déjà fait leur preuves). Rajoutez à cela cela une consommation exorbitante (dans les 20 L / 100 km avec le pied le plus léger du monde, et beaucoup plus en mode Sport ou Track) et vous obtiendrez l’origine de cette interrogation. Qui pourrait acheter ce véhicule et surtout pourquoi ?

Ce à quoi j’ai envie de répondre que le Grand Cherokee SRT est avant tout un véhicule image, l’expression de folie des ingénieurs Jeep, il incarne parfaitement la vision moderne de l’esprit Muscle Car américain. Inutile de lui chercher des points raisonnables, vous n’en trouverez pas et c’est précisément ça que l’on aime ! Le son du V8 vous fait oublier la raison :)

SAMSUNG CSC

Les avions de chasse du Garage des Blogs.

gdb-audi-rs6-jeep-srt-7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Rechercher

Rejoignez-nous sur

Publicité