Nos essais publié par

Essai – Jaguar XKR-S

La XK est une GT (coupé ou cabriolet) 4 places apparue en 1996. Relativement sage à l’origine selon les modèles, elle est généralement une réussite esthétique, tant pour le coupé que pour le cabriolet. En 1998 elle arbore pour la première fois le blason R, signe distinctif des modèles les plus sportifs de Jaguar, ce qui lui avait clairement fait sortir les griffes : pas de doute possible, quand on en croise une on la remarque au premier coup d’œil ! Un compresseur couplé au même V8 que la XK8 faisait alors passer sa puissance de 304 à 420 chevaux, et le 0 à 100 était abattu en 4,7 secondes.

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9943

En 2012 Jaguar lance la nouvelle XK, plus affirmée elle gagne en puissance (385 chevaux en version atmosphérique) mais aussi en taille et en embonpoint. Personnellement je la préfère largement au modèle précédent, je trouve qu’elle assume enfin son envie d’affoler les chronos là où sa grande sœur se préférait cruiseuse vert bouteille / intérieur cuir beige. Il y a un an elle arbore enfin le sigle R, son V8 gagne en puissance (510 chevaux) toujours à l’aide d’un compresseur, et sa robe en agressivité. Dans la foulée Jaguar annonce l’arrivée de la version RS, une déclinaison encore plus puissante et plus sauvage : 550 chevaux et 680 Nm de couple, soit la Jaguar de série la plus puissante jamais commercialisée ! C’est ce modèle que nous avons eu la chance d’essayer entre Paris et les routes sinueuse du pays champenois. Retour sur 1200 kilomètres au volant de cette anglaise aux airs de muscle-car.

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9931

Premier coup d’œil : wow. Elle est monstrueusement agressive : prises d’air, ouïes, aileron, profusion d’éléments en carbone, énormes jantes et freins surdimensionnés sautent aux yeux. Un exercice de musculation parfaitement réussi, mais également un pari risqué et ambitieux car on parle d’une Jaguar, et on ne peut pas faire n’importe quoi quand on porte ce nom et l’histoire qui va avec. La posture est évidente : les GranCabrio, GranTurismo et autres BMW M6 n’ont qu’à bien se tenir, cette Jaguar sort les griffes et les crocs !

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9912

Installation à son bord, le sigle RS est omniprésent : sur le volant, la planche de bord, les pas de porte ou encore sur les magnifiques sièges. Ces derniers sont réglables dans toutes les directions possibles, non sans rappeler ceux de la F-Type récemment essayée. Je règle ma position au millimètre. A vrai dire mes positions : la première favorisant le confort, pas trop raide et baquets desserrés, parfait pour parcourir les trois heures d’autoroute qui me séparent des routes bourguignonnes. Je la mémorise, et je procède dans la foulée à un réglage plus propice à la conduite sportive : dossier très redressé, volant encore plus proche de moi et siège suffisamment avancé pour pouvoir caler mon pied gauche afin de stabiliser mes gros freinages. Le tout mémorisé, il est temps de mettre le contact : il s’agit d’un système sans clé, j’appuie donc sur le bouton Start parfaitement positionné devant la commande de frein de parking.

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9907

VRAOUM ! Le V8 s’éveille dans un cri rauque et puissant, les quatre sorties d’échappement ne sont pas là pour la déco, c’est maintenant une certitude ! Au moment de la mise en marche, la molette qui fait office de commande de boîte, jusqu’ici rétractée, s’élève pour permettre d’enclencher le mode désiré : P, R, N, D et… S ! Ce dernier accélère le temps de passage des rapports et les rapproche encore un peu plus du rupteur avant d’enclencher le suivant. Il restera enclenché pendant la quasi-totalité de mon essai, hormis lors des parcours autoroutiers pendant lesquels il n’a pas d’autre intérêt que de vous faire perdre votre permis dans la minute.

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9882

En effet, il faut savoir rester sage au volant de la bête. Elle abat le 0 à 100 en 4,4 secondes et atteint 300 km/h en vitesse maximale. Lorsqu’on écrase l’accélérateur on se dit que cette vitesse max peut être atteinte très rapidement, cette voiture est aussi classieuse que pue puissante. L’arme ultime du gentleman driver, ou au moins l’une des armes ultime pour sûr.

A la différence de sa jeune sœur, la F-Type qui en a 8, XKR-S n’a que 6 rapports. Avec une V-max de 300km/h et un rupteur proche de 7000 tours/minute, je vous laisse imaginer l’allonge que ça procure. Plein à tous les régimes, le V8 vous colle (tout au fond, très fortement) dans votre siège à chaque accélération.  Un petit bout de route fermé pour l’occasion nous a permis de faire un départ arrêté. Pour vous résumer cette expérience, le plus simple est que vous imaginiez cocon de luxe et de confort posé sur un dragster, un lance-pierres dans un écrin de cuir et de carbone. Boîte sur la position S, pas de launch control ici tout est encore « classique ». Pied au plancher, les P-Zero font ce qu’ils peuvent pour passer toute la puissance au sol. Attention on n’a pas à faire ici à la caricature des muscle-cars incontrôlables, le monstre se laisse dompter et les assistances de se faire discrètes sans jamais couper trop violemment le surplus de poussée. BRAAAAAAP – BRAAAAAAAP – BRAAAAAP. Les pneus patinent sur les trois premiers rapports. Sur sol sec. Vous ne me croyez pas ? Voyez par vous-mêmes la vidéo au début de l’article !

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9881

Les lignes droites ça va cinq minutes, on s’en lasse rapidement. Une GT de près d’1,8 tonne n’est pas toujours adaptée aux tracés sinueux. Pas toujours. Ce qui laisse la place à « parfois, une GT d’1,8 tonne peut se montrer redoutable dans le sinueux », mais c’est très rare. C’est le cas pour la XKR-S qui est à la fois agile, précise et capable de se sortir des courbes en un éclair. Parfaitement survireuse, il faut rester vigilant et ne pas déconnecter les assistances à la conduite si on veut attaquer. Car autant en conduite coulé ou sur autoroute elle est bluffante de facilité,  autant elle nécessite un peu de finesse et de notions de pilotage si on veut rouler à vive allure. C’est logique, qui a dit que bousculer 550 chevaux était donné à tout le monde ? Revenons à nos lacets : ce gros matou dispose d’un châssis ultra rigide et ne prend PAS de roulis tout en restant confortable, c’est véritablement bluffant. Virages à plat, glisse, train avant qui se place au millimètre et freins aussi mordants qu’endurants. Elle n’affolera pas les chronos, je me suis même surpris à passer moins vite à certains endroits qu’avec une Mégane RS. Mais chaque ré accélération remplace la moitié de votre sang par un cocktail d’endorphines. Son objectif n’est pas d’être la plus rapide, mais de faire de son pilote la personne la plus heureuse au moment où il s’installe à son volant. Et je peux vous dire, alors même que je l’ai rendue il y a deux semaines, que je pleure tous les jours son absence ce vrombissement ne s’oublie pas. Les V8 Jaguar, du moins pour les deux que j’ai essayé jusque-là, sont délicieusement bestiaux.

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9867

En plus de la sonorité, de la performance et de la précision de cette voiture, il y a le luxe. Il s’agit d’une Jaguar pour rappel et je réalise que je vous l’ai décrite comme une sportive surpuissante. C’est aussi, voire d’abord, une GT. Le cuir et la suédine recouvrent le moindre centimètre carré de l’habitacle. Le poste de conduite est minimaliste : tout est concentré dans le système multimédia qui gère aussi bien le GPS, que l’aération ou la téléphonie. En résulte un nombre grandement réduit de boutons dans l’habitacle, laissant place à une planche de bord épurée du plus bel effet.

Néanmoins j’ai été un peu déçu par la qualité visuelle et le rendu de cet écran de contrôle, un peu dépassé à mon goût d’autant que sans le câble spécifique Jaguar pour y brancher votre iPhone, ce dernier n’est ni reconnu ni rechargé si vous le branchez avec le classique USB. Ensuite, second et dernier défaut trouvé à cette voiture (j’ai pourtant cherché pour en trouver plus) : les plastiques brillants dans l’habitacle qui marquent au moindre contact avec les doigts.

Des défauts oui, mais tellement futiles en comparaison avec les qualités de cette auto complètement folle, exubérante, surpuissante… Superlative ! Continuez de nous faire rêver en fabricant des voitures mues par la passion et par les tripes, ces autos qu’il suffit de mettre en route pour avoir le cœur qui bat plus fort et les yeux qui brillent. Merci Jaguar, ne changez rien !

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9854

 

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9848

 

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9819

 

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9811

 

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9802

 

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9797

 

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9790

 

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9787

 

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9784

 

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9775

 

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9766

 

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9762

 

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9746

 

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9744

 

Jaguar-XK-RS-XKRS-GDB-Garage-Des-Blogs-MyGT-9739

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Rechercher

Rejoignez-nous sur

Publicité