Nos essais publié par

Essai – Hyundai Genesis 3.8 V6

Un 3.8 L V6 atmo qui développe 347 chevaux, le 0 à 100 km/h en moins de 6 secondes, la boite auto à 8 rapports, ce sont les mots clés qui sautent aux yeux sur la fiche technique avant l’essai du nouveau Genesis Coupé. Plus beau, plus performant, plus confortable, désormais tous les Genesis vendus sur le sol Français auront la même configuration (sauf la couleur bien entendu). Donc du pack premium et du gros moulin pour tout le monde ! Serait-ce une stratégie offensive de la part de Hyundai face à l’arrivée de Nismo en Europe ? Va savoir, en attendant ce grand coupé Coréen a vraiment tout pour séduire le public de la « grosse » sportive (en plus il est moins cher que son concurrent direct, le 370Z, soit dit en passant). Pour quelque chose comme 37 000 € vous avez une voiture sauvage le week-end à la campagne (sur les fameuses routes fermées…) et une voiture presque nomade la semaine pour vous rendre au travail. Un très bon compromis pour un couple sensible à l’automobile sportive (ce n’est pas souvent que Marie me dit que c’est une voiture que l’on pourrait acheter…)

essai_huyndai_genesis_2013_3.8_V6-2

Genesis, un design sobre et attachant.

Oui sobre ! Malgré une face avant particulièrement méchante et une double sortie d’échappement façon OPC, les lignes du Genesis restent assez subtiles et n’imposent pas tout de suite leur présence. Pratique si on prévoit de l’utiliser de manière quotidienne. Au premier coup d’œil jeté à la voiture on remarque d’abord les jantes 19″ qui nous signalent qu’il ne s’agit pas d’un véhicule ordinaire, ça annonce la suite… La vue 3/4 avant intrigue, on remarque les imposantes mais tout aussi discrètes prises d’air sur le capot façon M3 assagie, on commence à comprendre de quoi il s’agit ! On fait le tour de la voiture. D’abord le profil (ma-gni-fiique !) puis l’arrière, cette ligne latérale que l’on avait pas remarquée au début, c’est elle qui cache le jeu du Genesis, c’est elle qui parait sage, avant qu’on ne la remarque…

essai_huyndai_genesis_2013_3.8_V6-7

L’arrière est également sublime par sa discrétion : le double échappement prend timidement sa place dans l’ensemble de lignes pures et simples du Genesis, on le remarque à peine !  Dans l’ensemble je dirais que le Genesis incarne les « vraies » lignes d’un coupé 4 places sportif comme on peut l’imaginer (en tout cas comme moi je peux le faire), il y en a qui essaient, mais ils y arrivent moins bien à mon goût. Notons tout de même que ces lignes, on les avait déjà remarquées sur un potentiel concurrent : l’Infiniti G37, mais chut, ça reste entre nous !

essai_huyndai_genesis_2013_3.8_V6-3

Mot d’ordre : aller à l’essentiel !

Allez, ça suffit de faire le tour de la voiture, il est temps de monter à bord ! On règle son siège, on appuie sur le bouton Start… A ce moment précis on ne se doute que très peu qu’une cavalerie de 347 chevaux bien sauvages se balade sous le capot. Première prise en main du tableau de bord : c’est une peu « vieillot » mais c’est simple, et efficace ! A croire que tout dans cette voiture va à l’essentiel… ça me plait de plus en plus ! J’ouvre le toit ouvrant pour profiter des premiers vrais rayons de soleil de cet été, je me sens déjà à l’aise dans cette voiture, sans même avoir enclenché la première une seule fois. Allez, on met la ceinture et on va faire un petit tour ? La ceinture… Mais oui ! Enfin ! Je n’y crois pas qu’on y ait pensé ! Merci ! Le problème récurrent des voitures à carrosserie « coupée » est la ceinture de sécurité qui se trouve une dizaine (parfois une centaine) de mètres derrière les sièges avant ce qui nécessite souvent un effort des plus chiants pour l’attraper. Là, la ceinture est exactement au même endroit, sauf qu’on a pensé à y ajouter un bout de plastique (appelons ça un bras) mécanique qui se déplie pour ramener la ceinture plus près du conducteur (ou passager). Un peu comme le truc électronique qui ramène la ceinture avec un « Bzzzzzzzz » insupportable dans une M3, sauf que c’est mécanique, et ça pèse quelques grammes. Astucieux, malin, ce n’est qu’un petit détail je sais, mais c’est vraiment agréable de pouvoir attraper la ceinture intuitivement d’un simple geste de la main (même Marie y arrive avec ses 1.63 m, c’est pour vous dire !).

essai_huyndai_genesis_2013_3.8_V6-4

Et alors, cette première, on va la passer un jour ou pas ?

essai_huyndai_genesis_2013_3.8_V6-5

Un V6 hypnotisant…

Sortie du parking, clignotant, rond-point, bouchons, périphérique, bouchon encore (oui cet essai a été réalisé en région Parisienne), sortie du périph’, bouchon… Pour le moment ça commence mal mais bizarrement ça ne me dérange pas plus que ça (je n’ai toujours pas envie de meurtre) : la radio est éteinte (ici je ne sais pas encore s’il y en a une !), le mode « non-sport » est activé, on avance petit à petit dans un confort absolu et je croise même quelques regards curieux à droite à gauche. Jusqu’ici, je n’ai entendu du V6 qu’un faible pourcentage de ses capacités et c’est déjà plaisant ! Je suis impatient de partir aux essais au Mans le lendemain car c’est là que se déroulera la plus grande partie de mon essai, je sais déjà que je ne verrai pas beaucoup l’autoroute…

essai_huyndai_genesis_2013_3.8_V6-6

24 heures plus tard nous y voilà : moi, le Genesis et la route et c’est précisément à ce moment là que je suis tombé amoureux de lui ! On active le mode sport, c’est parti ! La vache, ah oui, il y a en effet du monde sous le capot, un peu trop même je dirais puisque tout le monde n’arrive pas à passer au sol. Gaz à fond, le V6 passe du mode « je ronronne » à « je hurle violemment » en l’espace de quelques secondes (à vrai dire quand on passe les 3500 tours/min), à l’arrière ça patine mais la direction reste stable, on prend vite, très vite de la vitesse ! La boite auto à 8 rapports fait parfaitement bien son travail et je suis même surpris par les sensations qu’elle procure : enfin une boite auto qui fait ressentir l’accélération ! Premier virage, malgré la gabarit (4630 cm de longueur sur 1865 cm de largeur) relativement imposant du Genesis on reste cloué au sol, et ce grâce notamment au centre de gravité vachement bas (1385 cm de hauteur seulement, et pour finir avec les chiffres le Genesis pèse 1522 kilos).  Les limites sont loin et pourtant l’adrénaline est déjà à son max !

essai_huyndai_genesis_2013_3.8_V6-8

Très vite on se rend compte que dans les virages l’arrière décroche facilement malgré le différentiel à glissement limité, mais à aucun moment l’alerte « sécurité » n’est déclenchée, le comportement du Genesis reste très sain et on prend de plus en plus son pied à son volant ! Les 347 chevaux sont « facilement » maitrisés  et maintenant il n’y a plus qu’un seul mot d’ordre : le fun !

Maintenant le seul danger c’est vous-même et la gestion de vos limites ! Là où le Genesis n’aide pas en revanche c’est que l’on a vraiment l’impression de le maitriser totalement au bout de quelques dizaines de virages, alors que de vous à moi, n’est pas pilote qui veut ! Restons donc les pieds bien sur terre, le Genesis est dangereux par sa facilité !

essai_huyndai_genesis_2013_3.8_V6-9

Peut-être qu’un jour j’aurai un Genesis !

Pour conclure cet essai que vous avez tous jugé totalement subjectif (on a le droit d’avoir un coup de cœur non mais ho !) je voudrais ajouter que malgré de nombreux défauts que le Genesis peut avoir (l’ordinateur de bord très simpliste, pour ne pas dire pauvre par exemple) c’est un véritable bolide attachant qui, pour ma part, serait un excellent compromis. 4 places dont 2 places arrières presque utilisables (rien de dérangeant à petites distances, mais ne comptez pas partir en vacances à plus de 2), le son du V6 à faire rager la concurrence (et par la même occasion vos voisins), les performances très appréciables et une énorme dose de fun permanente, que demander de plus ? Honnêtement, si demain j’étais à le recherche d’une hybride (dans le sens d’une voiture mi-plaisir/mi-utilisable au quotidien) avec un budget de moins de 40K€ (qui fait tout de même une belle somme) ce serait sans aucun doute le Genesis Coupé 2013.

essai_huyndai_genesis_2013_3.8_V6

Je tiens tout de même à clamer l’indépendance des propos tenus dans mon compte rendu, ils ne sont en aucun cas sponsorisés ou que sais-je par Hyundai ou qui que ce soit, il ne s’agit que d’un simple avis d’un essayeur automobile amateur. Je vous ai raconté mon histoire comme je l’aurais racontée à un ami au tour d’une bière (attention l’abus d’alcool est dangereux pour votre santé). Essayez-le et dites-moi ce que vous en avez pensé plutôt ! Et autre chose, cet essai a bien évidemment été réalisé sur route fermée !

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Rechercher

Rejoignez-nous sur

Publicité