Nos essais publié par

Essai – Golf VII GTI

En 1976, Volkswagen lance sa Golf Sport sous l’appellation GTI. C’est la première automobile qui portera ce nom. Trois lettres qui vont marquer au fer rouge l’avenir de l’industrie automobile. Nombreux sont les constructeurs qui reprendront l’appellation pour désigner leurs berlines sportives compactes, avec plus ou moins de succès. Voici le compte rendu de mon essai de la septième Golf GTI, dans ses versions 220 et 230 chevaux. Un essai réalisé sur route et sur circuit afin de nous faire un avis le plus complet possible. Retrouvez également les notes attribuées à cette auto sur le Garage des Blogs. Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0001 Dans l’inconscient collectif, GTI est synonyme de sportivité et de performance. La première golf du nom jouait la carte du light is right : culminant à 890 Kg, son 1,8L à injection délivrait déjà 112 chevaux et lui permettait de mettre à l’amende beaucoup de grosses cylindrées. Dès lors la saga GTI a surfé sur le succès de la Golf, et chaque nouveau modèle a eu droit a sa version survitaminée. Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0010 Le temps et les réglementations passant, la Golf GTI n’a malheureusement eu de cesse de prendre du poids, sauf pour cette dernière née qui perd un peu plus de 40kg par rapport à la précédente. Mais heureusement cet embonpoint a toujours été compensé par un gain de puissance. Ainsi de 112 chevaux, sa puissance est passée à 115 avec la Golf III, 150 avec la Golf 4, 200 pour la Golf 5, 210 avec la Golf 6 et enfin 220 voire 230 avec la Golf 7 dont le poids culmine à 1400 Kg. Nous avons eu la chance de prendre cette septième mouture en mains, sur le petit circuit du Castellet il y a quelques semaines en nous demandant si cette nouvelle GTI méritait ou non son appellation. Arrivée à l’aéroport de Marseille très tôt un samedi matin. Sur le parking une dizaine de Golf GTI et GTD, la déclinaison sportive diesel forte de 184 chevaux, nous attendent sur le parking. En compagnie de Guillaume, nous prenons place dans une GTI 230 pour parcourir les quelques 60 kilomètres vers le Castellet. Equipée de la boîte DSG 7, l’auto se montre douce et très facile à prendre en main en ville. Les différents modes de conduite, du plus économique au plus sportif permettent de calibrer le fonctionnement du véhicule en fonction des attentes de son pilote. Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0014 Le périphérique marseillais fut l’occasion de tester le régulateur de vitesse intelligent, déjà vu sur l’Audi A3. Habituellement peu friand de gadgets électroniques, j’voue encore une fois avoir beaucoup apprécié le confort d’un tel dispositif : on règle la vitesse désirée est maintenue, ou ralentie (le système agit sur les freins au besoin si un véhicule devant vous roule moins vite. Dès que la voie est libre votre vitesse initiale est progressivement remise en place. Du coup on peut envisager des kilomètres d’autoroute sans jamais avoir besoin de passer son temps à désactiver et réactiver le régulateur : il s’occupe de tout ! Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0018 Juste avant l’arrivée sur le circuit, quelques petites routes sinueuses ont été l’occasion de tester le grip de cette nouvelle GTI en conduite plus sportive. On passe en mode dynamique, la pédale d’accélérateur est plus sensible et la direction se raffermit. Les rapports, toujours en mode automatique, s’enchaînent plus rapidement et plus haut dans les tours. La boîte DSG, une référence en matière de double embrayage, est diablement efficace et s’arrange pour toujours caler le régime moteur là où il y a le plus de puissance ou de couple. Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0022 La motricité est assurée en toutes circonstances grâce au système VAQ, un blocage de différentiel électronique  made in VW. Moins flagrant qu’un autobloc mécanique, il permet tout de même de passer instantanément le couple sur l’une des deux roues avant de manière à ne quasiment rien perdre en motricité. A l’intérieur les clins d’oeil aux origines sont nombreux : on relève tout de suite les carreaux sur le tissu des sièges baquets, le pommeau en forme de balle de golf sur les versions manuelles, et le volant trois branches estampillé des trois fameuses lettres. Le poste de conduite est sobre, mais suffisamment moins que sur les Golf classiques pour qu’on devine les ambitions sportives de la GTI : on retrouve le sigle sur la base du volant, des compteurs spécifiques et une sellerie au très bon maintien. Tout est à sa place, l’ergonomie frise la perfection, mais… le tout manque d’un chouia de fun à mon goût.   Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0027 Passons aux choses sérieuses : attaquons les premiers tours de circuit. A la sortie des stands la poussée est constante (trop ?) et franche : le 0 à 100 est abattu en 6,4 secondes et tout le couple passe parfaitement au sol. La version 230 chevaux est aidée par son blocage d’essieu avant et sa monte P Zero qui lui procurent un maximum de grip. Le bitume était au plus chaud lors de notre essai, ce qui n’aidait pas à ménager les gommes et les freins. Malgré ces conditions pas optimales cette Golf 7 freine fort et les changements de direction, même violents, se font parfaitement. Même si je lui reproche un manque de sensations au volant, caractéristique propre à beaucoup (trop) de sportives actuelles, je ne peux que saluer sa précision. On l’emmène avec une aisance incroyable là où on veut, en la plaçant au millimètre. Plus grand chose à voir donc avec les premières GTI qu’on entendait arriver à des kilomètres, flirtant constamment avec le rupteur et taillées pour l’attaque. On perd en radicalité pour gagner en confort et en agrément. La cause de ce changement de direction au fil des années ? La demande, des clients qui veulent des sportives utilisables et confortables au quotidien. C’est bien joli, mais ça nécessite de faire des compromis. Si on s’arrête aux chronos, au distances de freinage, au grip de l’auto ou encore à la capacité à attaquer sur circuit, cette Golf est une excellente machine. C’est indéniable. Par contre petite déception, totalement subjective, quant aux remontées des infos de la voiture vers le pilote. Un petit peu plus d’expressivité à l’échappement, une direction un poil plus communicative et un châssis à peine plus joueur et cette Golf friserait la perfection. Vous remarquerez que je ne m’arrête pas sur la puissance, inférieure à celle de la concurrence Ford ou Renault Sport. Et pour cause, 230 chevaux correctement délivrés et aidés par la formidable boîte DSG suffisent amplement. Bilan : si vous cherchez une berline confortable facile à emmener et capable d’abattre des temps scratch sans avoir besoin de prendre des cours de pilotage, cette nouvelle Golf est faite pour vous ! Merci à Volkswagen France pour l’invitation, ce fût un honneur de faire partie des premiers à rouler la bête. Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0029

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0032

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0040

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0042

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0054

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0083

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0095

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0102

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0109

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0136

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0149

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0159

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0169

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0192

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0204

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0208

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0210

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0213

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0224

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0240

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0243

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0251

Golf 7 GTI GTD GDB Garage Des Blogs MyGT-0255

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Rechercher

Rejoignez-nous sur

Publicité