Actualités publié par

J’ai participé au projet #JukeRide

Ce samedi 1er juin à 5h du matin je suis déjà à mon 3e café et je ne sais pas combien-tième clope, je n’ai pas réussi à dormir de la nuit et je me suis pointé à l’aéroport 3 heures avant le vol. Je n’en peux plus d’attendre ! Ce projet, nous l’avons commencé il y a déjà quelques mois, je suis impatient de voir nos idées prendre forme. Le projet ? #JukeRide, je vous en avais déjà parlé rapidement ici, mais le temps est venu de vous en dire plus. Je retrouve Vincent, Brice et Orianne, on embarque. Silverstone on arrive !

nissan_juke_ride_silverstone_10

Un Juke, un drone, comment faire pour que les pilotes Nismo progressent avec ça ? Le cahier des charges initial est aussi « simple » que ça. Nous, le Garage des Blogs, avons été choisis par Nissan pour aider les ingénieurs dans cette réflexion et par la même occasion suivre le projet de près. Quand au début de celui-ci nous avons exprimé nos premières idées sur Twitter nous ne savions pas vraiment ce qui nous attendait derrière, on était loin d’imaginer quelle ampleur prendrait ce projet…

nissan_juke_ride_silverstone_9

Premier tweet : « Peut-on faire en sorte que le #JukeRide soit aussi performant que le Juke-R ? ». Au début du projet je m’étais mis en tête l’idée (comme beaucoup de gens) que le Juke serait une espèce de voiture de course ultra perfectionnée, très performante, qui enregistrerait tout un tas de données sur le comportement du pilote, et le drone viendrait en aide pour… et bien pour apporter les images aériennes de trajectoires du Juke. En réalité le projet n’est pas tout à fait axé sur le Juke spécifiquement, mais plutôt les technologies qu’il embarque. Et pour ça, à Silverstone, nous avons subi toute une série de tests et de préparations, les mêmes que les pilotes Nismo.

nissan_juke_ride_silverstone_29

nissan_juke_ride_silverstone_69

nissan_juke_ride_silverstone_60

nissan_juke_ride_silverstone_84

Le premier atelier en compagnie de Simon Fitchett, le directeur de performance chez Nismo, consistait à faire un test biométrique (à 2:04 dans la vidéo je passe même sous les caméras pour cette partie) afin de déterminer l’état physique de chacun. A l’aide d’un outil qui ressemble fortement à une balance et des capteurs sur le corps, j’ai appris que je devais prendre 3 kilos en masse corporelle et 1.4 kilos de masse musculaire pour avoir des conditions physiques idéales d’un pilote. Suite à ça je me suis dirigé au Batak, où Vincent était déjà présent depuis un bon quart d’heure. 96 lumières touchées en 60 secondes, pas mal pour un débutant, je peux maintenant m’installer au simulateur pour le test final. Après 3-4 tours de Silverstone au volant d’une Formule Renault virtuelle et quelques sortie de piste à plus de 200 km/h (rassurant !), je suis déclaré apte à prendre le volant d’une voiture. Sur le circuit. Sur Stowe. Pas un tour ou deux. Une vingtaine. UNE VINGTAINE ! Ici vous trouverez un petit compte rendu de ces tours.

nissan_juke_ride_silverstone_94

nissan_juke_ride_silverstone_91

nissan_juke_ride_silverstone_89

Pendant chaque session de roulage sur le circuit de Stowe une VBox enregistrait les données télémetriques (accélération, freinage, force G,etc.), les données techniques de la voiture (rapport engagé, pression d’huile, etc.) et trois caméras embarquées enregistraient tous mes faits et gestes. A la fin des roulages j’étais reçu par un autre pilote qui analysait les données récoltées par la VBox, et qui me donnait des conseils de pilotage en conséquences. Courbe rouge du graphique d’accélération : c’est le temps de référence, courbe grise : mon temps à moi. La courbe grise est évidemment toujours en dessous de la rouge, le but de cet atelier : s’en approcher un maximum ! « Tu es beaucoup trop prudent en freinage, n’hésite pas à freiner en entrant dans la courbe », « Ici ça ne sert à rien de repasser en seconde, reste en troisième », « Garde bien tes mains sur le volant ». Tous ces conseils sont issus d’une représentation graphique de mes performance, ça me parle, c’est plus que clair ! Même si j’aurais bien voulu voir exactement la trajectoire prise par le pilote de référence pour mieux m’adapter, les chiffres et les « tableaux excel » sont clairs. Mais oui, ce serait cool d’avoir une vidéo de ce passage, mais pas une vidéo embarquée, une vidéo extérieure, d’un point fixe, pour pouvoir superposer ma trajectoire à la trajectoire parfaite (tu sais la voiture fantôme dans Gran Turismo, ce serrait cool en vrai non ?!). C’est là que je comprend réellement le projet JukeRide…

En fait le Juke est tout sauf une voiture de course ! Mais oui, j’y avais pas pensé avant. En fait le Juke Ride est une station mobile qui enregistre  les performance des pilotes. En fait le Juke est un outil d’analyse. Un outil puissant. Moi qui pensais qu’il serait aussi fou que Juke-R… Pas grave. Bref. À l’époque la voiture est en chantier, elle est entièrement désossé avec uniquement les sièges avant à leur place. Dans le coffre : un boitier qui accueillera un serveur de transmission d’informations (vidéo entre autres) en live et sur le toit, un drone, l’outil ultime de ce projet.
nissan_juke_ride_silverstone_129

nissan_juke_ride_silverstone_107

nissan_juke_ride_silverstone_128

Quelques mois plus tard nous sommes au Mans où les ingénieurs Nismo nous présentent le projet Juke Ride fini. La station de mesure est prête à l’emploi et elle transmet même en live les données de quelques pilotes engagés à la course des 24 Heures : vitesse, rapport engagé, force G, respiration, rythme cardiaque, tout y est ! Toutes les données théoriques qui nous ont été présentées la première fois y figurent. On peut surveiller en temps réel l’état du pilote et donc lui transmettre des consignes appropriées. La seule données manquante, celle qui fait le charme et la folie de ce projet : les données visuelles, le retour vidéo du drone qui est sensé survoler le circuit. La course des 24 Heures n’a probablement pas été le meilleur choix stratégique de la part de Nissan pour présenter ce projet puisqu’on n’a pas réussi à obtenir les autorisations nécessaires pour faire décoller le drone. Pas de visibilité en live sur la trajectoire des pilotes, pas de superposition des images façon voiture fantôme de Gran Turismo, il faudra attendre un meilleur moment pour faire tirer un maximum de la technologie que le Juke Ride embarque…

jukeride_3

jukeride_2

jukeride_1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Rechercher

Rejoignez-nous sur

Publicité