Actualités publié par

Essai – Lexus GS 450h

Depuis quelques temps, et un petit peu par hasard il faut l’avouer, Victor et moi avons été amenés à essayer des véhicules hybrides. Je ne vous cache pas que c’est avec beaucoup d’aprioris que j’ai abordé la question… Mon côté vieux con probablement qui consiste à penser que performances rime avec moteur à explosion. Cette fois-ci c’est un modèle haut de gamme et aux performances ma foi intéressantes que j’ai pu prendre en mains le temps d’un weekend : la Lexus GS 450h. C’est la plus grande berline de la marque (au-dessus il y a la LS qui s’apparente plus à une limousine) : 4,85 mètres de long, 1,84 mètre de large et 1,8 tonne sur la balance. Un gros bébé en somme, dont les mensurations pourraient laisser imaginer un comportement pataud et peu réactif. 1200 kilomètres à son volant m’ont convaincu, très rapidement, du contraire.

Lexus-GS-450h-MyGT--1095

Siège de Toyota France, remise des clés. Premier coup d’oeil : la voiture est belle, et malgré un gabarit imposant ses lignes sont harmonieuse et son dessin me plait beaucoup. Mon modèle d’essai bénéficie de la finition F-Sport qui vient ajouter du bon à l’esthétique : des jantes 19 pouces gris anthracite mais également une calandre, des pares-chocs et des feux de jour spécifiques ainsi que des logos F-Sport un peu partout sur la carrosserie. Moi qui m’attendait à une voiture un brin classique, me voilà flanqué d’une belle routière agressive. Joie.

Lexus-GS-450h-MyGT--1125

Je m’installe à son bord, réglage des positions de siège, de volant, de rétroviseurs et de vision tête haute. J’ai tout de suite la sensation d’être dans un cocon, deux réflexions me viennent à l’esprit : « Quel confort ! » et « WOW la taille de cet écran ! ». Contact, sélecteur de vitesses sur D. Silence. Seul le compteur m’indique que la voiture est « ready ». Je lâche la pédale de frein et je laisse le vaisseau filer silencieusement. Trois acolytes à récupérer sur Paris avant d’enchaîner sur 500 kilomètres mêlant autoroute et départementales.

Lexus-GS-450h-MyGT--1145

 

En ville la prise en mains est instantanée et surtout le silence participe à garder son calme dans les bouchons : vitre fermées, petite musique (le système audio Mark Levinson est une tuerie !), plus rien ne semble m’atteindre. Les commandes tombent sous la main, les matières sont agréables au toucher : cuir, aluminium et quelques plastiques correctement choisis pour le reste.

Lexus-GS-450h-MyGT--1149

Une fois sur l’autoroute, appui pédale à 50% pour mettre l’auto en vitesse. Stupéfaction. Ca pousse, tant et si fort que les 130 km/h légaux sont atteints en un clin d’oeil ! Un coup d’oeil à la fiche technique par la suite m’apprendra que le 0 à 100 est annoncé en… 5,9 secondes et que la puissance combinée est de 345 chevaux ! A mon grand étonnement, le V6 3,5 caché sous le long capot chante lorsqu’on le titille : une hybride silencieuse sur un filet de gaz, et chanteuse lorsqu’on la sollicite. Je commence à m’y attacher et à sourire chaque fois que je l’entends monter dans les tours. Le reste du trajet se fait au régulateur à 130, la consommation instantanée indique souvent moins de 8L/100 et le voyage se fait de nouveau dans un silence et un confort magistraux. On ne sent pas les kilomètres s’enchaîner, et pour cette utilisation cette voiture est un pur bonheur.

Lexus-GS-450h-MyGT--1169

Sortie d’autoroute, 100 kilomètres de départementales s’ouvrent à nous. Du mode « normal » je passe au mode « sport » qui combine la puissance des deux motorisations et aiguise le comportement. J’enchaîne les courbes en y allant progressivement : le train avant s’inscrit aves précision, la voiture ne prend que très peu de roulis et les accélérations sont franches. Seul bémol : une sonorité moteur inhabituelle, la faute à la boîte CVT qui donne l’impression d’une accélération de scooter. Régime stable, vitesse en forte hausse, pas naturel. Hormis ce changement la GS a montré des capacités dynamiques impressionnantes, et je me suis même surpris à rapprocher mon siège du volant pour adopter une position de conduite plus sportive par moments.

Lexus-GS-450h-MyGT--1144

Arrivés à destination mes passagers (pas du tout passionnés comme je peux l’être) n’ont pas tari d’éloges sur le confort, l’espace, le silence et les équipements de la GS. Il faut dire que je les avais habitués à des châssis beaucoup moins confortables.

Deux jours plus tard, chemin inverse et mêmes ressentis : confort, performances bluffantes et pour finir une consommation moyenne de 8,9 L/100. En n’ayant pas eu le pied vraiment léger j’appelle ça une belle performance vu, encore une fois, le gabarit de cette GS 450h. Lundi matin, il est temps de rendre les clés à l’adorable équipe Lexus. Petit pincement au coeur, une habitude me direz-vous. En réalité non, c’est une première : la première fois que je me suis attaché à une voiture qui ne soit pas une vraie sportive. Soit je vieillis, soit Lexus fait d’excellentes autos. J’ai 30 ans et je n’ai pas d’enfants, je vous laisse seuls juges.

Lexus-GS-450h-MyGT--1185 Lexus-GS-450h-MyGT--1180 Lexus-GS-450h-MyGT--1178 Lexus-GS-450h-MyGT--1177 Lexus-GS-450h-MyGT--1173 Lexus-GS-450h-MyGT--1165 Lexus-GS-450h-MyGT--1163 Lexus-GS-450h-MyGT--1154 Lexus-GS-450h-MyGT--1151 Lexus-GS-450h-MyGT--1130 Lexus-GS-450h-MyGT--1128 Lexus-GS-450h-MyGT--1103 Lexus-GS-450h-MyGT--1099 Lexus-GS-450h-MyGT--1102 Lexus-GS-450h-MyGT--1100

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Rechercher

Rejoignez-nous sur

Publicité