Actualités publié par

8’13″878 – la victoire vue de l’intérieur

Dimanche 30 juin, Pikes Peak, 3h30 heure locale (je vous laisse faire le +8 à chaque fois pour avoir l’heure Française). Avec Anthony et Brice on est déjà en place depuis une bonne vingtaine de minutes. Dormi pas plus de deux heures comme d’habitude, on en est déjà à notre deuxième (pinte de) délicieux café américain. Fatigués mais déterminés à être productifs, on fait le tour des « paddocks ». L’ordre de passage est défini, on sait que Sébastien devrait passer sur les coups de 9h30-10h, juste après les 83 motos, ça nous laisse un peu de temps pour aller voir tout le monde. 10 fois. Je vais encore une fois commenter mes photos pour vous mettre dans le contexte à chaque fois, ce sera plus facile et pour moi et pour vous ! C’est parti.

Arrivée sur place à 3h00, la start line n’ouvre ses portes aux visiteurs que dans une heure, on profite pour prendre quelques photos au calme.

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins_1

Une grande surprise, nous attendait à 4h18 (environ), une 205 GTI venue de Californie ! 

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-2

Le calme avant la tempête…

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-3

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-4

On ne se rend pas forcément compte sur les photos, mais tout le staff Peugeot Sport est tendu. Ça fait 3 semaines qu’ils sont en place, qu’ils dorment 2-3 heures par nuit pour rendre la voiture parfaite. Le grand jour est enfin arrivé. H-5 pour le verdict. L’adrénaline monte !

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-6

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-7

Certains trouvent que ça fait « chasse-neige », d’autres pensent que c’est une décoration surréaliste ratée, mais en réalité ces lames, entre autres, permettent de plaquer la voiture au sol, de manière à réaliser une vitesse moyenne de 145 km/h sur une montée de 19.9 km, par exemple… L’équipe des ingénieurs a travaillé main dans la main avec l’équipe des stylistes afin de rendre le résultat parfait pour tout le monde. Pari réussi n’est-ce pas !

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-8

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-9

5h, le jour se lève gentiment. Mot-dièse nofilter.

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-10

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-11

6h. RedBull commence à mettre de l’ambiance avec ce camion/4×4/on sait pas trop ce que c’est : DJ, jeux vidéo, transmission de live, tout y est !

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-12

6h30. On craint de plus en plus la mauvaise météo. Certains nuages dépriment.

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-13

7h. Anthony (à gauche) et Brice (à droite) font semblant de travailler pendant que moi je prends des photos.

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-14

Une 208 venue du Mexique ! 

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-15

7h50. Les derniers préparatifs.

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-16

8h. Les premières motos s’apprêtent à partir. On prend la route vers la montée et les nuages se dissipent peu à peu.

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-17

Une flèche à droite.

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-18

Les shérifs de El Paso veillent à l’ordre de la start line. 

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-19

Les premiers secours sont également prêts à intervenir en cas de besoin.

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-20

Je suis sur place. Au niveau du 10ème (ou du 9ème) virage. Il est pas loin de 9h, et il y a déjà du retard dans le planning des passages. A une demi-heure du passage théorique de Loeb on n’en est qu’à 6 motos sur 83. L’intervention de la Safety car suite à un accident décale tout le monde. J’attends. Il fait chaud. Très chaud. Les gens sont déjà en place depuis plusieurs heures, ils ont anticipé, ils ont leurs chaises dépliables, leur boissons fraiches et leurs casse-croutes. Je les déteste, je n’ai rien de tout ça et j’ai soif.

Le monsieur que vous voyez en plein milieu de la piste (appelons le Bob) est un héros du public, un type bourré qui redonne la foi en l’humanité ! Une dizaine de minutes avant cela, un gros porc d’Américain spectateur maladroit a fait tomber sa glacière par terre renversant l’intégralité de son contenu liquide sur la piste. Des bières, des Dr Pepper et autres Pepsi Cola se sont retrouvés en plein passage de la montée. Rien de grave à priori, ça glisse moins que l’huile, et surtout avec nos 30 degrés et une piste très chaude ça devrait sécher relativement vite. Mais non, ça ne suffit pas pour Bob, il veut du sec, et donc de la sécurité pour le pilotes tout de suite ! Entre deux motos il avait entre 30 secondes et 10 minutes pour essorer la marre, et c’est avec un énorme enthousiasme qu’il se jetait dessus à chaque fois qu’il le pouvait, jusqu’à ce que le sol soit complètement sec ! Bel exemple pour les commissaires d’en face qui n’avaient pas réagi à cette dégradation de piste…

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-21

Ça reprend ! Des motos de tous genres passent à tour de rôle.

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-22

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-23

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-24

Puis l’ambulance. La Safety Car. L’hélicoptère orange (ambulance également) et plus rien pendant une heure et demi…

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-25

Pendant l’interminable attente entre la dernière moto et Sébastien Loeb.

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-26

Ici j’aurais du mettre : le passage de Sébastien Loeb, il le sait pas encore, mais il est sur le point de pulvériser le record actuel de Rhys Millen. Mais en fait non. Une heure et demi d’attente ont eu raison de moi. J’ai rangé la GoPro, éteint mon appareil photo pour économiser de la batterie, et là… c’est le drame. Prrraaaap PAAAAP  Paaaaaaaaaaaaaaaaap PAAAP PRrraaaaaaaaaaaaaaaaP ! Je vois la 208 T16 Pikes Peak sortir du virage. Braaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaapppppppppp. Elle est déjà de l’autre côté. J’ai juste eu le temps de voire 3-4 spectateurs traverser la piste à seulement quelques mètres devant Sébastien avant que la Peugeot enchaine le reste de la montée, je suis terriblement déçu de ne pas avoir pu immortaliser son passage.

[photo manquante du passage de Sébastien Loeb]

Romain Dumas abandonne la course suite à un problème technique, après seulement quelques virages.

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-27

4 heures au soleil, je n’en peux plus, je descends. Je m’arrête de temps dans la forêt pour regarder les passages des autres pilotes… Une ambiance absolument fantastique dans le public !

pikes_peak_peugeot_208_T16_sébastien_loeb_wins-28

Je suis en bas, à la start line, je meurs de soif. Je me rends dans notre tente pour me rafraichir et accessoirement regarder les chronos. Je n’avais pas besoin du tableau d’affichage pour comprendre que Sébastien avait fait un bon temps, toute les équipes de Peugeot Sport et RedBull étaient là…  « IL L’A FAIT, IL A BATTU SON RECORD ! ON EST DEVANT TOUT LE MONDE ! ». C’était Bruno Famin, le directeur de Peugeot Sport, qui nous faisait un debrief rapide de la situation. Guillaume Couzy, directeur Marketing et Communication de Peugeot, nous déclare avec des larmes aux yeux ‘On n’est pas tout à fait sûrs, mais Sébastien a fait entre 8min 15 et 8min 20‘ devant la caméra de Brice. Mon Dieu, Sébastien Loeb vient tout juste de déglinguer pulvériser le record actuel de près d’une minute et demi ! Il est fou ! Même en essais, quand il disait qu’il ne lui restait quasiment plus de marge de manœuvre il tournait à peine en dessous des 9 minutes ! Il est complètement taré ! 8 minutes 13 secondes et 878 millisecondes est le score final affiché peu de temps après. Peugeot rentre une nouvelle fois dans l’histoire de Pikes Peak, et cette fois-ci il se passera du temps je pense avant que les Français se fasse détrôner.

Quelques heures plus tard les pilotes qui ont réussi la montée se sont retrouvés en haut du mont à 4301 mètres d’altitude. La course est finie désormais, il est temps de redescendre au point de départ messieurs dames, le public vous attend ! Je vous laisse découvrir la vidéo au début de cet article, elle fera une meilleure conclusion que moi…

Bravo Sébastien, bravo Peugeot, bravo RedBull, je ne pensais pas vivre Pikes Peak un jour et me voilà en plein dedans, pendant 4 jours à vous suivre, à vous observer, vous questionner. Vivre la Marseillaise de la victoire à vos côtés a été une des plus belles choses que j’aie vécue jusqu’à présent.

sebastien_loeb_pikes_peak_victoire

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Rechercher

Rejoignez-nous sur

Publicité